-3 C
Montréal
Lundi, 04 décembre 2023

Richard Lalonde, l’homme engagé

Par Marek Zielinski
Recherche de LUZ de Zielinski

Depuis peu, l’Église de St-Thomas More s’est dotée d’une chaise monte-personne pour faciliter l’accès aux gens à mobilité réduite, nous informe M. Richard Lalonde, de la communauté de Notre-Dame de la Garde. Derrière cette nouvelle laconique se cache, comme presque toujours, une belle histoire et surtout les gens qui, par leur implication, font la différence.

Dans cette communauté, plusieurs personnes font face aux défis de vivre avec la mobilité réduite. Au temps où la communauté utilisait la chapelle du salon funéraire Yves Légaré pour ses services, l’ascenseur permettait à tous d’y accéder. La pandémie à limité à 10 le nombre de personnes, privant ainsi une bonne partie de la communauté des services religieux. L’église de St. Thomas More a proposé alors ses locaux, faisant du coup revenir le problème d’accessibilité. La vente de l’église Notre-Dame de la Garde a permis à la communauté d’installer la chaise monte-personnes. « La communauté a fait fructifier le capital après avoir payé toutes les dettes, spécialement celles reliées au chauffage. Notre secrétaire est bénévole et nous n’avons plus d’agent(e) de pastorale, alors nous sommes capables de boucler le budget en payant la location de l’église chaque dimanche », précise M. Lalonde.

L’implication de Lalonde relève de la tradition familiale : son père et son oncle sont pour lui des exemples motivateurs, ayant fait du bénévolat dans les divers organismes communautaires. Aujourd’hui, après avoir pris sa retraite, M. Lalonde est président de la Société de Saint-Vincent de Paul, qu’il connaît bien pour y avoir été bénévole durant plus de 25 ans, notamment pour la Grande guignolée du temps des fêtes.

M. Lalonde, Verdunois de naissance, a travaillé en tant qu’ingénieur en télécommunications et en transmission vidéo. Son travail l’a mené aux quatre coins du globe (Kenya, Guyane anglaise, Sénégal, Inde, États-Unis, plusieurs pays européens) pour implémenter des équipements et offrir la formation nécessaire pour le monte-personnes. Il a été un vrai pionnier dans son domaine, notamment en transmission transocéanique en divers formats.

Il est aussi un sportif accompli, ayant couru son premier, et le dernier – sauf revirement, marathon à 50 ans. Aujourd’hui encore, le sport fait partie intégrante de sa vie. « Un esprit sain dans un corps sain – je fais donc toujours du canot, du ski de fond et du vélo et je réserve le dimanche après-midi pour des sorties avec ma conjointe au musée ou dans la nature », souligne M. Lalonde. L’arrondissement lui offre pour cela des opportunités inexistantes ailleurs. Après un détour par le Plateau, il est revenu à Verdun en 1991, y ayant trouvé le meilleur rapport qualité/prix à proximité du métro. Notre quartier a trouvé en lui un agent infatigable de changement et d’implication communautaire.

Pour la rubrique Chapeau aux gens et aux lieux de ma communauté

Abonnez-vous au magazine Explore

Chaque dimanche matin, recevez la revue des actualités de la semaine sous forme de magazine

Articles récents

Vos entreprises

spot_img
X