Plus vite qu’il n’en faut pour dire « Oh Boy, j’ai brisé mes lunettes », les optométristes Prudence Peschard et Nancy Merino, ont pris moins de quelques minutes pour que le simple scribe que je suis puisse entreprendre sa journée avec une paire de monocle simple soit « réparée » … une paire évidemment très chère à ses propres yeux.

Un incalculable geste… Très mal posé. Et de nombreux frissons qui m’ont traversé l’esprit (et sur le front) au son que fait l’effet de plastique quand il heurte le sol de plein fouet, dans mon humble garage. Quand mon pied, le gauche évidemment, a vraiment compromis l’usage de mes lunettes. D’aucuns ont beaucoup de misère à faire normalement leur journée si “le sans lunette” n’arrive pas à bien voir devant lui, voire à deux pouces de son nez.

« Dix minutes plus tard, me voici frais du regard et moins de coquilles à corriger dans mes écrits. Merci Doyle ! »