0.4 C
Montréal
jeudi, décembre 1, 2022

Pierre-Luc Chevalier, Personnalité d’affaires d’août 2022

À Lire

Gilles Dubien
Gilles Dubien
Directeur général et consultant • Métamorphite Inc. • 1523, rue Perras • Lasalle • H8N 2N7 • 514.367.5766 • 514.239.2363 • gilles.dubien@metamorphite.ca

Pierre-Luc CHEVALIER
Restaurateur

 
3900 rue Wellington
Verdun (Québec) H4G 1V3
Téléphone : (514) 543-5372
Courriel : info@janinecafe.ca
Site Internet :  https://www.janinecafe.ca

Texte de Robert Leduc

Photos par Jacques Northon

Pierre Luc Chevalier : le souci du détail

Formé en hôtellerie et en hébergement au Collège LaSalle, Pierre-Luc Chevalier a gradué en 1995. Son premier emploi, il l’a occupé jusqu’en 2006 à Tremblant ; son premier patron était le groupe Intrawest. Son premier restaurant, La Cantine, il l’a ouvert à Montréal en 2008. Ensuite, il a ouvert Régine en 2012, puis Janine, en 2018, à Verdun. Le parcours du restaurateur est salué par le Réseau Affaires Verdun (RAV) qui le nomme Personnalité du mois d’août.

« C’est une belle surprise, un honneur, cette nomination », dit Pierre-Luc Chevalier, assis à une table de son élégant café-brunch de la Promenade Wellington, exactement situé à l’angle de la rue Hickson, le temps d’une entrevue avec l’auteur de ces lignes.

Coup de foudre professionnel

« J’ai été gâté, reconnaît Pierre-Luc, on m’a confié de belles responsabilités au cours des années ».

L’entrepreneur a rencontré sur son chemin Charles Deschamps, devenu son associé dans les deux restaurants, Régine et Janine. « Charles et moi, c’est un coup de foudre professionnel. On se complète. Charles est à l’opération et moi, je suis au marketing, à la décoration, à l’administration et à la cuisine. Je suis un peu touche-à-tout, ajoute Pierre-Luc, pour moi, tout passe par le moindre détail ».

Ce souci du détail, il se voit partout chez Janine :dans le mobilier, dans la vaisselle et les ustensiles, dans la décoration, dans tous les objets qui composent cette ambiance et que l’on retrouve sur les murs, les tablettes et les comptoirs. « C’est mon dada », confie M. Chevalier, grand amateur de brocante et d’antiquités.

Vibrant Verdun 

Après l’ouverture de Régine, rue Beaubien à Montréal, les deux associés « voulaient grandir », raconte Pierre-Luc. C’est donc Charles Deschamps, résident de Verdun, qui a contribué à « cette opportunité d’installer Janine, rue Wellington », ajoute le restaurateur.

« On veut demeurer les meilleurs dans notre créneau, on carbure aux projets », déclare Pierre-Luc Chevalier, qui ne craint pas la concurrence.

Janine, qui embauche une trentaine d’employés, est un restaurant qui connaît beaucoup de succès, tant dans la communauté verdunoise qu’en dehors du territoire de l’arrondissement de Verdun. On vient de partout pour y bruncher : de Verdun, du Sud-Ouest, de LaSalle et de Westmount, oui ; mais aussi de l’Ontario et des États-Unis !

« Cette notoriété, c’est touchant, ça me rend fier, dit Pierre-Luc. Venir chez Janine, c’est comme venir chez une tante généreuse, raconte en souriant le restaurateur ; c’est une expérience, on se met beau, on vient célébrer, se gâter. C’est festif ».

Le souci du détail se voit partout chez Janine : dans le mobilier, dans la vaisselle et les ustensiles, dans la décoration, dans tous les objets qui composent cette ambiance et que l’on retrouve sur les murs, les tablettes et les comptoirs.

Et que dire de Verdun ?  « C’est vibrant, plein d’énergie, lance-t-il avec enthousiasme. Verdun est en développement et on apprécie sa proximité. On trouve à Verdun un esprit de communauté que j’ai rarement vu ailleurs », conclut Pierre-Luc Chevalier.

spot_img

Plus d'articles

spot_img

Abonnez-vous à EXPLORE

Pour être mis à jour hebdomadairement avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

spot_img

Articles récents

spot_img
spot_img
X