Un texte traduit de Valerie Silva,
rédactrice en chef de Eater Montréal

 

À la suite de la fermeture de son entreprise précédente, le Café Le Mastiff, à Pointe-Saint-Charles, le propriétaire Andrew Soulis a décidé de s’installer plus à l’ouest pour son prochain projet : Pavillon Snack Bar. à Verdun.

« Lorsque la pandémie a frappé, c’était en quelque sorte la fin de mon autre projet. C’était dans un bâtiment commercial, composé de centaines de personnes qui se rendaient dans leur entreprise et qui travaillent, et nous nous occupions de ces gens. Il n’est pas encore près de revenir à pleine capacité », dit Soulis.

Le snack bar Pavillon, dont l’ouverture est prévue le mois prochain, plaira à une foule plus nombreuse du quartier, servant de tout, du café et des produits de boulangerie de troisième vague à un menu de petits déjeuners et d’articles pour le déjeuner, et éventuellement — c’est-à-dire une fois que les salles à manger seront en mesure de reprendre leurs activités — une gamme nocturne de petites assiettes de partage. « C’est une sorte d’effet domino de voir ce qui se passe et où le prochain domino tombe. Mais c’est ce à quoi nous aspirons », dit Soulis.

Une chose que Soulis sait avec certitude, c’est que le pain à la banane qui a amassé un public fidèle au Mastiff sera transféré. « C’est, humblement, l’un des meilleurs autour de la ville, et j’ai déjà eu des gens qui demandent si je vais le faire à cet endroit. La réponse est oui.

Le chef Sean Hayes — ils ont travaillé ensemble au Mastiff et avant cela au restaurant NDG Cajun et créole La Louisiane — et Tom Siluk (précédemment du Melk Café) qui supervise tout ce qui est café.

Le snack bar reprend une place de coin précédemment occupée par un petit déjeuner bien vu des amateurs, Tranche de Bonheur, sur l’extrémité ouest de Wellington, et Soulis dit qu’il est immédiatement tombé en amour.  « J’ai un diplôme en histoire, et j’adore l’architecture, la maçonnerie et ce genre de choses. Quand on regarde la façade de ce bâtiment, c’est vraiment assez spécial », dit-il, faisant référence aux détails art déco autour de la porte de la construction des années 1930.

Comme l’espace, le nom du café/restaurant a été inspiré par la fascination de Soulis pour le passé. « J’ai fait des recherches sur Verdun et j’ai découvert qu’il y avait un pavillon au bord de l’eau dans les années 40, où les gens faisaient des danses », dit-il. « Pavillon, explique-t-il, était aussi le nom de la structure où, en 1874, les propriétaires fonciers locaux signaient une charte créant le village de Rivière-Saint-Pierre, éventuellement rebaptisé village de Verdun. (Le nom « Verdun » à Montréal, cependant, est né dans les années 1600, avec son fondateur, Zacharie Dupuis, qui est originaire de Saverdun, France.)

L’histoire mise à part, certains usages du mot « pavillon »  évoquent également la célébration, se référant à un espace supplémentaire désigné pour le divertissement, les expositions ou d’autres festivités. « Donc, même si nous avons en quelque sorte pris le nom de l’histoire de Verdun, nous avons aussi aimé ce qu’il représente », ajoute Soulis.

Pavillon Snack Bar ouvrira ses portes au 5200, rue Wellington, en décembre.