19.8 C
Montréal
Vendredi, 14 juin 2024

Gala de MANA en reconnaissance du patrimoine interculturel

Texte et photos de Sebastián Krieger
Traduction française de Juliana Zerda)

Le mot Mana a de nombreuses significations : dans la Bible, il s’agit d’une substance inconnue que Dieu a fournie aux israélites pendant les 40 années de l’Exode. Dans le mandéisme, religion antique encore pratiquée dans certaines régions d’Iran et d’Irak, le terme fait référence à « l’âme », au « trésor », à « l’intelligence » et même à « l’être ». Dans le bouddhisme, Māna peut être traduit par « fierté ». Dans les cultures polynésiennes, ce n’est autre que la force surnaturelle qui imprègne l’univers.

Mana est également une célèbre série de jeux vidéo, qui a dans ces titres l’un des meilleurs jeux de rôle et d’action en 2D jamais créés.

Mana est même un groupe de rock mexicain ultra populaire en Amérique latine dans les années 90 (avec quatre prix Grammy et huit Latins Grammy). 

Pour plusieurs nouveaux arrivants à Verdun, et spécifiquement pour ceux arrivés à L’Île-des-Sœurs, MANA est synonyme d’accueil, de soutien, de communication, de respect, de nourriture, d’apprentissage et bien plus encore ; surtout des soins.

La MANA est la Maison d’accueil des nouveaux arrivants. Et mardi dernier, le 17 octobre, cet organisme à but non lucratif a célébré son cinquième anniversaire lors d’un gala très émouvant qui s’est déroulé à la Maison de la Culture de Verdun.

En reconnaissance du patrimoine interculturel, des prix ont été décernés à la Colombienne Johanna Botero, PDG d’Infirmières Canada ; les Péruviens Carlos Bracamonte et César Salvatierra de la Revue hispanophone ; et Jean Philippe Proulx du Québec, professeur de la classe d’accueil à l’école de l’Île des Soeurs. L’événement a été développé dans le cadre de l’entente avec le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration et la Ville de Montréal.

Au cours de la soirée, plus de 200 participants ont pu apprécier la pièce de danse contemporaine Sans Repère, au-delà de l’immigration, de l’artiste Fabián Silguero, qui symbolise de manière très touchante un processus de migration humaine. Il convient ici de mentionner que chaque immigrant au Québec a une histoire différente, ils viennent du monde entier, certains peuvent être victimes de violence et d’injustice ou simplement amoureux du mode de vie multiculturel montréalais.

L’avocate colombienne Yajanna Pupo, directrice et co-fondatrice de MANA, a également un passé de migrante. Elle est colombienne et montréalaise d’adoption depuis déjà onze ans. « En effet, nous sommes ouverts aux immigrés de tous horizons, mais du fait de nos origines, une bonne proportion de nos membres sont latinos. Cependant, nous avons déjà dans l’équipe, comme membres et bénévoles, des personnes venant d’Asie et d’Afrique. »

Pour Yajanna et son équipe, le plus important est d’accueillir, d’orienter et d’accompagner les familles immigrantes dans leur processus d’intégration, depuis leur arrivée jusqu’à ce qu’elles deviennent autonomes.

Quel que soit le sens que peuvent avoir les mots, leurs interprétations ou leurs traductions dans différentes langues, ce qui compte finalement le plus, ce sont les actions qui les accompagnent. MANA, pour plusieurs d’entre nous venus des quatre coins du monde dans ce beau coin de Montréal, Verdun, Mana est synonyme d’une vocation sincère de service et d’amour authentique envers les autres.

Yajanna Pupo, directrice et cofondatrice de MANA,
et sa mère portent un toast aux cinq premières
années de l’organisation et à celles à venir.

* * *

MANA’s Gala in Recognition of Intercultural Heritage

Text and photos of Sebastián Krieger
French translation of Juliana Zerda

The word “Mana” has numerous meanings: In the Bible it’s an unknown substance that God provided for the Israelites during the 40-year of the Exodus. In Mandaeism, an ancient religion still practiced in some parts of Iran and Iraq, the term refers to “soûl”, “treasure”, “intelligence” and even “being”. In Buddhism Māna can be translated as “pride”. In Polynesian cultures, it’s none other than the supernatural force that permeates the universe Mana is also a a famous series of video games, with one of its titles considered as one of the best 2D action role-playing games ever made Maná is even a Mexican rock-band ultra popular in Latin America in the 90’s (with four Grammy Awards and eight Latin Grammy Awards). However, for many newcomers to Verdun, and specifically to those who arrived in Nun’s Island, MANA is synonymous with welcome, support, communication, respect, nourishment, learning and much more; especially care.

MANA stands for Maison d’Accueil des Nouveaux Arrivants. And last Tuesday, this non-profit organization celebrated its fifth anniversary in a very emotive gala at the Maison de la Culture de Verdun within the framework of the agreement with the ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration and the Ville de Montréal. In recognition of intercultural heritage, awards were given to Colombian Johana Botero, PDG d’Infirmières Canada; Peruvians Carlos Bracamonte and César Salvatierra of the Hispanophone Magazine; and Jean Philippe Proulx from Quebec, teacher of the reception class at the Nun’s Island School.

During the evening, more than 200 attendees were able to see the contemporary dance piece Sans Repère, au-delà de l’Immigration, by artist Fabián Silguero, which symbolizes in a very touching way a process of human migration. Here it is worth mentioning that every immigrant to Quebec has a different story, they come from all over the world, some may be victims of violence and injustice, or they may simply be in love with the multicultural Montreal way of life.

Colombian lawyer Yajanna Pupo, director and co-founder of MANA, also has a history as a migrant. She’s Colombian and Montrealer by adoption for eleven years. “We’re actually open to immigrants from all backgrounds, but because of our origins, a good proportion of our members are Latinos. However, we already have in the team, as members and volunteers, people from Asia and Africa”. For Yahanna and her team, the most important thing is to welcome, guide and support immigrant families in their integration process, from the moment they arrive until they become self-sufficient.

Regardless of the meaning that words may have, their interpretations or their translations into different languages, in the end what really matters most are the actions that accompany them. MANA, for many of us who have come from all over the world to this belle corner of Montreal, is synonymous with a sincere vocation of service, of authentic love for others.

PHOTO 1:

The MANA work team.

PHOTO 2:

Yajanna Pupo, director and co-founder of MANA, and her mother toast to the organization’s first five years and those to come.

Abonnez-vous au magazine Explore

Chaque dimanche matin, recevez la revue des actualités de la semaine sous forme de magazine

Articles récents

Vos entreprises

spot_img