Un des joyeux événements qui survient quand on se ballade sur la Promenade Wellington, c’est de faire une courte rencontre édifiante.

Par exemple, quand on entre dans un café de quartier comme celui du Café de la 5e. C’est de revoir l’ami barista Dorian Zephir au moment même où coule ce fameux double espresso sans crème… qui gît là, tel un café égaré, sur le comptoir.

C’est pour moi ?”, lui dis-je, lui qui esquisse un pas pire sourire !

En moins de deux, j’admire les plus récentes poteries de l’artiste Roxane Monette qui étaient exposées derrière elle, au Café… Justement, Miss Monette porte un chapeau d’Harricana qu’elle a sans doute acheté récemment à la boutique.

Il s’en est passé des choses, ce jour-là ; s’agissait-il « d’un de ces moments ». Un premier décembre ! Est-ce que c’est ça un doux moment de bonheur…