Marie-France L’espérance: “À l’anniversaire de ma petite-fille de 17 ans, il y avait 17 chandelles de différentes grandeurs. Pour lui donner de la difficulté à souffler les bougies éteintes, on m’offre un morceau de gâteau… que je refuse. Tous me regardent et je leur dis “qu’elle va souffler dessus”. On me lorgne d’un drôle d’air et, après une courte réflexion, ma fille me dit : on enlève les bougies et le crémage et on a tous mangé le gâteau.”

“Gilles Brault passe une soirée chez-moi… Quand le hockey a recommencé, j’ai regardé le match avec mon fils et un ami personnel sur le patio.”

“Je demeure à Verdun depuis toujours, mon fils Ray est mon voisin et il s’est occupé de faire toutes  les emplettes, interdiction pour moi de magasiner. Il n’entrerait pas chez moi : c’est assez perturbant de ne pouvoir le serrer dans mes bras et lui faire un câlin. Ma première sortie, que je n’oublierai jamais, a été un petit pique-nique au bord de l’eau avec Johanne, ma petite sœur.”

Yolande Dubreuil et William Collin : “pendant la pandémie, mon copain est venu vivre chez moi durant trois mois. À deux, on a fait des casse-tête, joué aux cartes, fait des promenades avec Maggie, mon petit chien. À deux, c’est mieux ! ”

Claire Morrissette :  “Ma famille et moi, on s’est fait des conversations virtuelles, transformées en 5-à-7. Donc, mes 3 enfants, les conjoints et petits-enfants : une belle expérience que j’ai aimé vivre durant ce confinement.”