-12 C
Montréal
Vendredi, 01 mars 2024

La digue de Verdun

Par Normand Houle

Dès sa création, et même avant, le village de la Rivière-Saint-Pierre, qui deviendra Verdun en 1878, doit se préoccuper de la problématique des inondations printanières. Celles-ci affectent régulièrement une grande partie du territoire et cette situation empêche le développement de la municipalité.

En 1895, le conseil municipal vote en faveur de la construction de la première digue. Cette décision nécessite l’expropriation d’un certain nombre de maisons susceptibles d’être inondées.  Nous vous présentons un croquis montrant le tracé qui longeait la rive du fleuve jusqu’à la hauteur de la ruelle à l’arrière de la rue Willibrord.  La digue avait été prévue pour une hauteur de 15 pieds.  L’inondation record de 1886 ayant atteint 13 pieds, les résidents étaient donc en sécurité. Malgré ces améliorations, en 1904, les eaux débordaient et inondaient à nouveau le territoire.  Les autorités ont blâmé la ville de Montréal, dont la digue n’avait pas la hauteur de celle de Verdun. 

Tracé de la première digue en 1900.  Celle-ci longeait le fleuve et la rue Willibrord.

Plusieurs travaux ont été effectués jusqu’en 1923. La digue atteignait alors 31 pieds en hauteur et 10 pieds en largeur.  Du coup, les Verdunois étaient enfin rassurés par rapport aux inondations saisonnières.

Dans les années ‘20, la digue se transforma en promenade avec plancher de bois, éclairage et animation le long de la rive.  Au cours des années 1960, les berges furent élargies et aménagées rendant le fleuve de plus en plus accessible aux résidents ainsi qu’aux visiteurs.       

Source : Les Argoulets, Vol. 9, no 3, page 12. Denis Harton.   
Verdun, 125 ans d’histoire, Denis Gravel, Archiv-Histo inc., 2000.

Photo et plan : Archives Société d’histoire et de généalogie de Verdun.

Saviez-vous que…

Dans le cadre des conférences Lumières sur l’Histoire présentées par les Bibliothèques de Verdun, la Maison Nivard-de Saint-Dizier, musée et site archéologique, ainsi que la Société d’histoire et de généalogie, nous vous présentons, le mardi 22 novembre, à 19 h, à la salle André Fortier de la bibliothèque Jacqueline De Repentigny la dernière conférence de l’année 2022 : Les Voyages de Jacques Cartier en Nouvelle-France, par Viateur Lefrançois

Le conférencier est un passionné d’aventure, de voyages et d’histoires. Il fait découvrir des lieux inconnus et parle d’amitié, d’aventure et d’environnement. Il fera un retour sur les trois voyages de Jacques-Cartier, en Nouvelle-France, et parlera de ses rencontres et découvertes. Réservez votre place !

* * *

N’oubliez pas que – le samedi 26 novembre, à 13 h 30, à la salle Canadiana de la Bibliothèque Jacqueline-De-Repentigny – la SHGV offrira gratuitement un atelier sur la généalogie, dans le cadre du programme Nouveaux Horizons. Communiquez avec nous, au 514-765-7174, ou écrivez-nous : shgv1@hotmail.com

Raymond L’Heureux, président
SHGV

Abonnez-vous au magazine Explore

Chaque dimanche matin, recevez la revue des actualités de la semaine sous forme de magazine

Articles récents

Vos entreprises

spot_img
X