Laurent Dugas
Collaboration spéciale

La course est ouverte !

Maintenant que Jean-François Parenteau a pris sa décision, décision d’ailleurs difficile, les discussions s’amorcent, s’activent et se multiplient. Chacune des personnes éventuellement intéressées ou pressenties mesure ses appuis, évalue ses forces et consulte. Il y a beaucoup de gens et surtout beaucoup d’intérêts.

Du côté de l’équipe de Valérie Plante, il est pas mal certain à ce moment-ci que Marie-Andrée Mauger, conseillère d’arrondissement depuis maintenant huit ans, va vouloir tenter sa chance à la mairie de Verdun. Avec Jean-François Parenteau à la mairie, il aurait été très difficile de livrer une bataille gagnante. Jean-François Parenteau avait toujours la confiance des Verdunois. Le défi pour Marie-Andrée Mauger sera de trouver des candidats qui lui apporteront l’Île-Des-Sœurs. Cette partie de Verdun compte quand même plus de 40 % de l’électorat, un électorat plutôt libéral, donc pro-Coderre. Quant à l’électorat de la terre ferme, les deux dernières élections municipales et l’élection provinciale ont prouvé que l’électorat Projet Montréal y est solidement implanté mais vote un peu moins que les insulaires.

Dans le camp adverse, là les prétendants sont nombreux et les idées très diversifiées. Il n’y a pas encore de rassembleur, du moins pas connu ! Le retour de Denis Coderre ne fait pas l’unanimité bien qu’il semble décrocher la majorité des adhésions.

Alain Laroche, ex-commissaire au développement économique de Verdun et actuel président d’ExploreVerdunIDS.com est pressenti. Alain Laroche possède de solides appuis à l’Île-des-Sœurs et est très connu sur la terre ferme. Il est sur le terrain depuis maintenant près de 30 ans. Trente ans à mettre en valeur les organismes et les projets mis de l’avant par ceux-ci, trente ans à faire connaître les personnalités du milieu, cela demeure une excellente façon de se préparer à une fonction supérieure.

Mais il y a d’autres personnes pressenties ou en réflexion pour le poste de maire de l’arrondissement. Il y a Marie-Ève Brunet, ex-conseillère d’arrondissement de 2013 à 2017. Dans l’équipe Denis Coderre, elle pourrait rallier l’Île-des-Sœurs mais aurait de la difficulté avec la terre ferme. Si elle donne suite, il va lui falloir trouver de très solides candidats pour Desmarchais-Crawford.

Il y a Jean-Claude Gravel, homme d’affaires très connu qui n’aurait pas de difficulté avec l’île et pourrait rallier une bonne partie de la terre ferme. Mais voudra-t-il faire le saut dans un milieu très exigeant. Dans son cas, voudra-t-il mettre entre parenthèses ses intérêts dans Gravel Automobile.

Il y a aussi les Philippe Sarrasin et Billy Walsh qui dirigent depuis de nombreuses années les destinées de la SDC Wellington, une organisation qui a profondément marqué le changement dans la rue, un changement nécessaire. La promenade Wellington s’est transformée parce que ces deux hommes ont initié des projets et mis de l’avant des idées. Ils incarnent le virage verdunois et ont travaillé avec Jean-François Parenteau. Philippe Sarrasin est le libraire très connu de la rue Wellington et ex-président de la SDC Wellington. Billy Walsh est le directeur général de la SDC Wellington et le directeur de l’association des SDC de Montréal. Ces deux candidats n’auraient pas de difficulté dans Desmarchais-Crawford mais il leur faudrait de solides candidats dans l’Île-des-Sœurs.

Véronique Tremblay, actuelle conseillère d’arrondissement dans Champlain-Île-des-Sœurs, est très connue à l’île et a fait un excellent travail comme conseillère. Elle peut difficilement viser la mairie parce qu’elle aura difficilement l’appui des électeurs de Desmarchais-Crawford. Elle aura cependant avantage à poser sa candidature au poste de conseillère de ville.

Antoine Richard, agent immobilier, est aussi en questionnement quant à la possibilité de poser sa candidature à la mairie ou comme conseiller de ville. Dans le secteur immobilier, il est très connu mais peu du grand public. Il pourrait avoir des chances avec Denis Coderre mais la bataille sera dure. S’il décidait de faire bande à part, là il lui faudra une brochette impressionnante de candidats aux postes de conseillers de ville ou conseillers d’arrondissement parce que ceux-ci devront faire campagne pour eux mais aussi pour faire élire le maire d’arrondissement.

 

NDLR: Le texte de collaboration de Laurent Dugas est une opinion personnelle et ne représente pas la position du média hyperlocal ExploreVerdunIDS.com.