-11.4 C
Montréal
Vendredi, 01 mars 2024

Moitié-moitié

Junco ardoisé
Junco hyemalis
Dark-eyed junco
Ordre : Passériformes
Famille des Passerellidés

Par Mario Lefebvre
Collaboration spéciale

En ce milieu d’avril, qui de jour en jour nous permet d’ôter un fil, permettez-moi de vous présenter un passereau présent tout au long de l’année au Québec, et j’ai nommé le junco ardoisé.

De la grosseur d’un passereau commun, il revêt un manteau gris partout sur la tête et le dos jusqu’au bout de la queue. Celle-ci est parsemée de plumes blanches qui lui donnent ce clignotement en vol. Le ventre du junco ardoisé est blanc et possède une ligne de démarcation grise entre le ventre et la gorge.

Son bec est de couleur rosâtre. Durant la période nuptiale, le bout du bec présente du noir. La femelle est de la même grosseur que le mâle, mais a une livrée (plumage) brunâtre, tirant sur le gris.

Au printemps, pendant la période nuptiale, le mâle apportera à la femelle tous les matériaux nécessaires pour la fabrication du nid. Cette dernière tissera en forme de coupe les fines brindilles et les poils doux pour former un nid douillet.

La femelle à elle seule couvera ses œufs qui mettront une dizaine de jours à éclore. Durant l’année, la femelle aura deux à trois couvées. En moins de dix jours, ces oisillons se déplaceront au sol bien avant de voler, puisque le junco fera son nid dans les fourrés, près d’une souche entre les racines des arbres où les petits ainsi que les adultes pourront se cacher. Belettes, martres et autres rongeurs seront des prédateurs redoutés en tout temps. Comme les adultes, les petits auront la faculté de bondir parterre pour leur permettant de s’enfuir avant de devenir la prochaine proie de ces derniers!

Faisons mention d’un comportement atypique que nous retrouvons chez le junco hyemalis : il s’agit d’une hiérarchie bien implantée chez l’espèce, chacun ayant son rang. De ce fait, le junco ardoisé mâle adulte dominera la femelle qui, elle, dominera les juvéniles qui à leur tour domineront les oisillons. Quelquefois agressif, le mâle éloignera la femelle pour se nourrir avant elle. Même si le junco est monogame, la femelle se lassera de son comportement de supériorité et s’éloignera vers le sud, tandis que le mâle se risquera plus au Nord. Au printemps, le mâle redescendra au sud et rejoindra la femelle.

Le chant du junco ardoisé est principalement constitué d’un ‘‘tzit’’. Parfois en babillant, il émettra un ‘‘’ chip ’’ . Le plus souvent sous la forme de cris aigus : ‘‘ dit ’’ .

En terminant, cet oiseau viendra se nourrir autour des mangeoires en été comme en hiver et se nourrira principalement d’insectes, de coléoptères et autres volatils. L’hiver, le junco se contentera de graines variées d’amarantes et de graminées ainsi que des petits fruits séchés qu’il picorera au sol.

Vous le verrez par terre dans nos cours, nos jardins et sur les berges du bord de l’eau… partout où il y a des buissons.

Abonnez-vous au magazine Explore

Chaque dimanche matin, recevez la revue des actualités de la semaine sous forme de magazine

Articles récents

Vos entreprises

spot_img
X