19.8 C
Montréal
Vendredi, 14 juin 2024

Jaune citron

Chardonneret jaune
Carduelis tristris
American goldfinch
Famille des Fringillidés

Par Mario Lefebvre
Collaboration spéciale

Cette semaine, laissez-moi vous ensoleiller la vue en regardant en image le chardonneret jaune. Tranquillement, de jour en jour, il revêt son plumage estival que l’on appelle la mue et deviendra jaune vif un peu avant l’été.

Il va sans dire que nous parlons des couleurs du chardonneret jaune mâle, puisqu’il est le plus coloré des deux sexes avec cette livrée jaune citron et cette calotte noire.

La femelle arbore une livrée (plumage) de couleur plutôt brun olivâtre, seules les rémiges et les rectrices de celle-ci demeurent identiques à celles du mâle. Des lignes blanchâtres traversent le noir de leurs ailes. En vol, le chardonneret jaune se donne en spectacle de hautes voltiges. Grâce à ses bandes alaires blanches sur fond jaune serin, il plonge à tire d’ailes dans un mouvement d’ondulation qui nous en fait voir de toutes les couleurs.

Le chardonneret jaune couleur citron aux allures de canari reste dans nos régions nordiques hiver comme été. Je suppose que les forts vents d’une migration vers le sud, porté seulement par ses onze grammes, le découragent à entreprendre le voyage. Je dois reconnaître que cette déduction n’est pas scientifique, puisque les colibris qui ne pèsent que trois grammes s’envolent pour les pays chauds, entre autres le colibri à gorge rubis, qui passe son été avec nous.

Les vocalises du chardonneret jaune sont agréables par la justesse de leurs notes qui nous enchantent. Le chant est une suite de motifs clairs, tuWi tuWi tuWitou – twir twir twir – ti ti ti ti qui peut rappeler le passerin indigo. Le cri, un tou-wi-ou, est ténu.

Lorsque vient le temps de bâtir le nid, le mâle se perche tout près de la femelle et chante dans le but d’attirer l’attention de sa compagne. Au moindre danger, l’un ou l’autre fera entendre un sifflement suit ou un cri bèrbi, bèrbi, bèrbi.

Attiré par la nourriture mise à sa disposition par le contact de l’homme, le chardonneret jaune est une espèce d’oiseau qui voit son nombre augmenter d’année en année. Grâce à son bec conique et ses pattes agiles, il se déplace – parfois suspendu – pour atteindre les bourgeons et les noix dont il se nourrit majoritairement. Il peut aussi grappiller quelques insectes à la volée… comme le font la plupart des oiseaux. Le chardonneret tire son nom de la plante qui donne les chardons et se nourrit de celle-ci.

Pour clore cette envolée, parlons de la couleur jaune écarlate obtenue par le chardonneret mâle au commencement de la période nuptiale. Celle-ci, riche en caroténoïdes, fera du volatile le plus désiré des femelles. En effet, une étude a démontré que les mâles, plus téméraires pour se procurer une alimentation riche en caroténoïdes, étaient les premiers sollicités par ces dames.

À bientôt… pour voie et apercevoir des oiseaux encore plus fascinants tout autour de nous !

Abonnez-vous au magazine Explore

Chaque dimanche matin, recevez la revue des actualités de la semaine sous forme de magazine

Articles récents

Vos entreprises

spot_img