-5.4 C
Montréal
Vendredi, 01 mars 2024

Drôle d’oiseau


Mario Lefebvre
Collaboration spéciale

Nom de l’oiseau : Grand pic mâle
Nom latin : Dryocopus pileatus
En anglais : Pileated woodpecker
De la famille des picidés

Originaire de Verdun et amateur d’ornithologie, je pratique ce loisir oxygénant depuis une dizaine d’années. À la découverte du monde ailé, on me voit aisément sillonner les rives du Saint-Laurent et les espaces verts autour de mon domicile. Mon nid a pignon sur rue dans le secteur de Crawford Park. Pour tout vous dire, je me considère privilégié de capturer, d’apercevoir à 20 mètres, de cadrer avec caméra et lentilles autant d’espèces d’oiseaux à proximité d’une aussi grande ville que Montréal.

À l’ouest de Verdun, un refuge d’oiseaux migrateurs me permet d’identifier une grande variété d’oiseaux. Par mes chroniques hebdomadaires, je vous ferai découvrir toute la beauté, colorée, de cette multitude de petits, moyens, et grands oiseaux qui nous entourent.

Or, je vous présente en tout premier le grand pic mâle. En image, ce qui le distingue de la femelle est sa moustache rouge plutôt que noire. Sa huppe est un peu plus touffue et son bec un peu plus long. Cet oiseau vit très bien en Amérique du Nord, tant en été qu’en hiver, et se nourrit de larves et d’insectes qu’il trouve dans les arbres morts trouvés ça et là, ce qui représente environ 60 % de son alimentation.

Grâce à un bec puissant qui se termine en ciseaux, le grand pic frappe l’écorce à grands coups de tête pour extirper au moyen de sa langue vers et insectes qui s’y cachent. Son alimentation de base est audacieusement représentée par les fourmis charpentières, les coléoptères xylophages, les chenilles et termites qu’il glane à ras le sol.

Sa longue langue, collante, s’enroule dans sa boîte crânienne dans une gaine protectrice, ce qui lui permet de protéger son cerveau quand il cogne du bec sur le bois.

Le grand pic niche directement dans les troncs d’arbres, en hauteur, où il creuse de son bec puissant des cavités assez grandes pour y loger sa jeune marmaille. La femelle pond de deux à quatre œufs et ne reviendra pas l’année suivante dans le même nid.

Son cri est un : ‘’WUK’’, émis en plein vol. Il anime son entourage avec un ”WUK” répété lorsqu’il est alerté.

La longévité du grand pic est d’environ neuf ans.

D’ici à ma prochaine trouvaille, gardez l’œil ouvert, et le bon!

Abonnez-vous au magazine Explore

Chaque dimanche matin, recevez la revue des actualités de la semaine sous forme de magazine

Articles récents

Vos entreprises

spot_img
X