22.2 C
Montréal
Vendredi, 14 juin 2024

Multi-CAUS ouvre son magasin aux plus démunis

Texte d’Yves d’Avignon
Photos Jack Northon

Difficile lendemain de pandémie dans l’ouest de Verdun, en tout cas sur le plan nourricier. En plein désert alimentaire, devrions-nous dire ! Entre les rues Woodland et Stephens, de Champlain à Lasalle – à l’exception de la Boucherie Marché Tondreau -, il n’y a aucun commerce d’alimentation notable autre qu’un dépanneur. Pour certains, rien à se mettre sous la dent, ou presque !

Entre en scène Multi-CAUS, un marché communautaire sis au 6049 Lasalle, entre Godin et Riverview, « qui favorise l’approvisionnement en aliments à longueur d’année et offre plusieurs produits destinés à la consommation, réputés sains, et à des prix abordables ». On n’y trouve pas de tout pour le moment, mais en comparaison à 2022 et avant, c’est la caverne animée. Quand on s’abonne à ce service et qu’on remplit les exigences, on peut avoir recours à ce service.

Multi-CAUS abrite aussi Ciné-Quartier dans une salle arrière de visionnement.

Pour ce nouveau commerce, c’est tout une mission, qui déborde des sentiers battus. Au risque de se tromper, dans cette grande portion de la ville (combien d’habitants dans l’ouest de l’arrondissement ?), il y a une dizaine de dépanneurs tout au plus, entre Champlain et le boulevard Lasalle. Et s’y loge aussi une pharmacie, un service de traiteurs et trois restaurants locaux. C’est tout pour s’alimenter ! Comme disait mon père : « ça ne fait pas de vaches grasses ».

« C’est un service nécessaire, qui devient quasi obligatoire », affirme Tracey Arial, journaliste, auteure et plus ou moins chargée de l’équation Acheter, Cuisiner et Cultiver – les trois phares locaux du Panier bleu verdunois pour ladite région désertique. « En plus, Dawson a cessé ses activités dans son programme nourricier – cet organisme répondait presque à lui seul à ce marché communautaire -, et la disparition de MANA et sa banque alimentaire (depuis le 31 mars), Multi-CAUS devient la place accueillante et importante dans l’Ouest de Verdun. Nous, on venait ainsi d’apprendre que 300 Verdunois n’arrivaient plus à s’alimenter convenablement dans notre portion de la ville.»

Pour augmenter un tant soit peu sa notoriété, ce nouveau « magasin général en devenir », offre un marché fermier de fruits et légumes frais, en plein air, pas très loin géographiquement devant la bibliothèque Jacqueline-De Repentigny. Les résidents du coin savent qu’ils peuvent compter sur ces fermiers durant 22 semaines, eux qui disposent de 25 exposants à sa neuvième édition.

« Dawson nous a offert un frigo et un congélateur, ajoute Mme Arial. Nous allons en profiter pour remplir une plus grosse portion de notre boutique et ravoir ces clients perdus. Il faut presque recommencer à zéro, il faut attirer à nouveau ces gens qui ont vraiment des ennuis à se nourrir au quotidien. Ce n’est pas une chose facile de dresser une liste de candidats dans ce cas ! »

On oubliait les serres municipales, ou le Grand potager, le seul intitulé à fournir pareille expertise avec sa programmation éducative locale et événementielle, donc un autre membership qui cherche à contribuer à l’économie locale. Et les entreprises Semi-urbains, Hamidou Horticulture et Microhabitat…

En attendant, d’ici à ce que Multi-CAUS sa plus fière allure dans son garde-manger improvisé, et d’ici à ce que les fermiers locaux reprennent en face de la bibliothèque, la belle heure va bientôt sonner pour les autres citadins : Multi-CAUS va sans doute avoir besoin de plusieurs bénévoles pour combler ses attentes !

Les Marchés fermiers

Abonnez-vous au magazine Explore

Chaque dimanche matin, recevez la revue des actualités de la semaine sous forme de magazine

Articles récents

Vos entreprises

spot_img