-8.5 C
Montréal
Mercredi, 21 février 2024

L’influence des Irlandais au Canada, selon Ken Quinn

Texte et photographies Gilles Dubien

Le Club Richelieu de Verdun recevait le Verdunois d’origine irlandaise, Ken Quinn, historien de l’organisme United Irish Societies of Montréal, lors de leur rencontre mensuelle du 14 mars. Près d’une quarantaine de personnes s’étaient réunies au Restaurant Crescendo pour écouter monsieur Quinn.

Le président du club, R/Paul Beneteau, ouvre la soirée en présentant le conférencier invité, Ken Quinn et les autres invités aux tables. Il souligne la présence de Conrad Gontran qui a été président du Club Richelieu de Saint-Jérôme, de Sophie Perreault, enseignante dans une école primaire à Pointe-Claire et fille de R/Françoise Gloutnay ainsi que celle de R/Gilles Dubien, président sortant du Club Richelieu LaSalle.

Le Club Richelieu de Verdun compte quatre Grands Verdunois dans ses rangs : R/Roger Barré, R/Laurent Thériault, R/Daniel Thériault et R/Alain Laroche.

Il offre au nom de tous les membres Richelieu et en son nom personnel de très senties condoléances à Ken Quinn à la suite du décès de sa mère, Feue Heather Margaret Quinn, le 24 février.

Le président, R/Paul Beneteau, souligne le 70e anniversaire Richelieu de Laurent Thériault et annonce que le Répertoire des membres 2022-2023 est maintenant disponible grâce au travail très professionnel du trio R/Ann Guy, R/Benard Circé et R/Charles-Pierre Munn. Il les remercie au nom de tous les membres et en son nom personnel.

R/Jean-Pierre Boivin a eu l’agréable tâche de présenter le conférencier, Ken Quinn. Celui-ci revoit les moments forts de son curriculum professionnel, social et communautaire, et parle principalement de sa progression et de ses responsabilités dans l’organisme United Irish Societies of Montréal avant de parler des Irlandais du Québec. 

Richelieu Françoise Gloutnay en compagnie de sa fille Sophie Perreault, enseignante au primaire à Pointe-Claire.

« Au sein de la classe politique, il ne peut y avoir plus grand Irlando-Québécois que Thomas D’Arcy McGee, un des Pères de la Confédération », dira-t-il. Il a protégé la souveraineté canadienne contre les menaces d’invasion de la part des Américains. Ken Quinn nous rappelle aussi que plusieurs ministres canadiens venant du Québec étaient d’origine irlandaise, dont Louis St-Laurent, Pierre-Elliot Trudeau, Brian Mulroney, Paul Martin Sr et par le fait même Paul Martin Jr., entre autres. Il dresse une liste élaborée d’autres personnalités québécoises et canadiennes ayant des origines irlandaises mettant en lumière leurs liens généalogiques. Il cite, par exemple, Sir Charles Fitzpatrick et deux de ses descendants, Lawrence Cannon et Madame la juge Pierrette Sévigny ; Edmund James Flynn, 10e Premier ministre du Québec, Daniel Johnson, père, Premier ministre de l’Union nationale, Pierre-Marc Johnson et Daniel Johnson fils.

Ken Quinn note qu’une chaire en études québécoises de l’Université Concordia sur le rôle joué par les Québécois d’origine irlandaise sur le développement social, communautaire et économique du  a été nommée en l’honneur de la famille Johnson. Il observe que le Québec a été développé par les Français, les Anglais, les Écossais et les Irlandais.

Le président, R/Paul Bénéteau remercie les membres du comité de conception et de production du Répertoire 2022-2023, R/Ann Guy (n’apparait pas sur la photo), R/Bernard Circé et R/Pierre-Charles Munn.

Nous avons eu à Montréal des maires d’origine irlandaise, dont William Workman, Francis Cassidy, William Hales Hingston, James McShane et même Denis Coderre.

Le drapeau de Montréal illustre bien l’apport irlandais au développement de Montréal. Le quadrant droit au bas montre très bien un trèfle. Ken Quinn nous apprend que le Centre hospitalier de St Mary est une réalisation irlandaise. Tout comme L’Église St-Patrick, qui a précisément toute une histoire.

À Verdun, il y a eu l’Église Sainte-Anne au cœur de Griffintown, qui a disparu en 1971, pour laisser place à un grand parc, l’Église St-Willibrod et, l’Église St-Thomas-Moore,

La Bolduc, nous apprend-il, était d’origine irlandaise de même que le poète Émile Nelligan.

Le défilé de la St-Patrick est en existence depuis 1824. C’est une fête nationale pour les Irlandais. Depuis 1928, l’organisme United Irish Societies of Montréal a pris en charge l’organisation du défilé jusqu’à ce jour.

Verdun sera représenté par les élus et la Légion canadienne royale.  « Pour les Irlandais de Verdun, nous pensons souvent aux noms irlandais : O’Reilly, Quinn, Gallagher, Crawford, etc. » dit Ken Quinn

À la suite de R/Gilles Dubien, Ken Quinn parle brièvement des famines de 1832 et 1847 qui ont favorisé l’exode des Irlandais vers le Canada, plusieurs s’étant installés à Verdun notamment. Il note qu’un monument existe près du pont Victoria en hommage aux Irlandais décédés.

Abonnez-vous au magazine Explore

Chaque dimanche matin, recevez la revue des actualités de la semaine sous forme de magazine

Articles récents

Vos entreprises

spot_img
X