9.2 C
Montréal
Samedi, 20 avril 2024

L’hiver le plus difficile pour l’aide aux itinérants

Par Pierre Lussier

On va se souvenir longtemps de l’hiver 2021-2022 dans les organismes d’aide aux sans-abris et aux itinérants à Montréal. Des intervenantes nous en parlent car Verdun n’échappe pas à cette triste réalité qui rejoint tous les arrondissements de la ville.

Des gens trouvés morts gelés en plein centre-ville, d’autres qui grelottent en tendant la main pour vous réclamer du petit change à la porte du métro de l’Église, voilà une scène familière qui se répète jour après jour au coin des rues ou des entrées de métro un peu partout dans la Métropole.

Émilie Fortier est directrice des services d’urgence et réaffiliation de la Mission Old Brewery.
(Courtoisie Mission Old Brewery)

Émilie Fortier de la Mission Old Brewery reconnaît: « qu’il y a une augmentation visible d’itinérants dans les rues de la ville », mais elle affirme du même coup qu’il y a assez de places disponibles pour héberger ces personnes dans les refuges des différents quartiers.

Selon la représentante de la Mission, trois facteurs ont aggravé la situation cet hiver: la pénurie d’employés, la pandémie et les périodes de froid intense.

Dans le contexte actuel, les itinérants sont présents un peu partout dans Montréal et non pas simplement au centre-ville, comme c’était le cas jadis. Il faut dire qu’il y a trop de changements qui bouleversent les individus et les organismes depuis deux ans.

« Il y a de tout parmi les itinérants, des plus âgés aux plus jeunes, aussi bien avec des problèmes de santé mentale que de dépendance ou autres », selon Émilie Fortier, qui estime qui il y a quatre hommes itinérants pour une femme.

La Mission veut accompagner les individus vers la fin de leur itinérance plutôt que de constamment agir comme refuge temporaire avec les files d’attente qu’on voyait jadis à l’heure de la soupe. Avoir son logement constitue pour plusieurs itinérants, un moyen d’ancrage permanent qui stabilise ces individus dans leur vie quotidienne. 

La Mission Old Brewery possède 170 places comme refuge et compte environ 170 employés pour l’ensemble de ses activités, incluant une présence à l’Hôtel-Dieu qui sert de refuge. Émilie Fortier ajoute qu’il y a au minimum une trentaine de postes à combler, et qu’il faut en particulier des travailleurs de fin semaine, un emploi idéal pour des étudiants.

Mme Fortier est directrice des services d’urgence et réaffiliation de la Mission, alors que sa collègue Nicole Beaulieu, bien connue comme Grande Verdunoise, est directrice exécutive du Développement philanthropique chargée des grandes levées de fonds de l’organisme.

Nicole Beaulieu, Grande Verdunoise.

Nicole Beaulieu tenait à nous présenter Émilie, une spécialiste de terrain pour faire le point de la situation.

Sylvia Rivès

Pour sa part, Sylvia Rives, une Verdunoise qui s’occupe de mesures d’urgence pour les itinérants, confirme l’existence d’un nombre suffisant de places dans les refuges tout en précisant que plusieurs itinérants préfèrent coucher à l’extérieur dans des couvertures plutôt que d’aller dormir dans un endroit chaud, sur un bon matelas.

Abonnez-vous au magazine Explore

Chaque dimanche matin, recevez la revue des actualités de la semaine sous forme de magazine

Articles récents

Vos entreprises

spot_img