18.6 C
Montréal
Samedi, 22 juin 2024

L’entrée de garage du Pont Samuel-De Champlain

Lettre aux lecteurs

Gilles Trudeau,
Résident de L’Île-des-Sœurs, le 31 mai 2024

Bordé par le fleuve, le petit territoire de moins de 4 km2 de L’Île-des-Sœurs offre plusieurs aménagements d’une qualité remarquable, ce qui en fait un lieu prisé à 10 minutes du Centre-Ville et du Vieux-Montréal.

Le nouveau pont Samuel-de Champlain est venu parachever cette harmonie urbaine. La qualité architecturale de l’infrastructure en fait un ouvrage de classe mondiale. Le problème, c’est que le travail n’est pas terminé et que personne ne semble s’en offusquer !

En effet, les résidents de L’Île doivent emprunter une véritable « entrée de garage » pour accéder au pont, une entrée bâclée digne des pires pratiques de chantier de construction au monde.

La voie d’accès est bordée de séparateurs de voie en béton. On les croyait temporaires, mais ils sont là depuis des années. Les feux de circulation sont soutenus par des fils électriques qui rappellent les « branchements à l’indienne » encore présents dans le vieux New Delhi.

Feux de circulation à l’entrée du pont.  

L’espace adjacent à cette entrée royale est tout aussi romantique : une empilade de débris de ciment de construction, un terrain vague non entretenu, un ancien chemin abandonné flanqué d’un monument patrimonial historique (et classé) en délabrement.

Enceinte de la Croix.
Croix à l’entrée de L’Île-des-Sœurs.  

Ce monument, c’est la Croix de L’Île-des-Sœurs (1843). Elle fut érigée près du Manoir des sœurs de la Congrégation de Notre-Dame jusqu’à leur départ de L’Île, en 1957. Elle fut ensuite élevée sur le terrain de la nouvelle résidence des sœurs à Laval, mais en 2000, la Congrégation en fit don à l’arrondissement de Verdun. Après une légère rénovation qui dura 6 ans (!), elle retrouva son île en 2006.

La valeur historique de cette croix semble nulle et non avenue aux yeux des autorités. Le panneau qui la décrit jonche le sol dans l’herbe haute du site. L’enceinte du monument est à moitié démolie, mais les autorités ont pris soin de laisser les bouts de clôtures près de la structure.

Il n’est pas simple de demander des comptes dans ce secteur : est-ce la responsabilité de l’arrondissement ? Du gouvernement fédéral qui dispose d’emprises dans ce secteur ? De Signature Saint-Laurent, gestionnaire du pont ? Du ministère des Transports qui gère les routes provinciales ? Ou plus prosaïquement, de la Vierge Marie elle-même qui néglige l’entrée de son île ?

Un citoyen résidant de L’Île
qui prend le pont plusieurs fois par semaine.

Abonnez-vous au magazine Explore

Chaque dimanche matin, recevez la revue des actualités de la semaine sous forme de magazine

Articles récents

Vos entreprises

spot_img