6.4 C
Montréal
Mardi, 05 mars 2024

Le goût du risque, l’histoire de toute une vie

Texte et photos de Gilles Dubien

Le 1er mars, le Grand Verdunois 2010 André Bouthillier, vice-président exécutif de la firme de relations publiques Le National et auteur du livre Le goût du risque, était le conférencier invité au souper des membres du Club Richelieu LaSalle, club filleul du Club Richelieu Verdun.  Les organisateurs invitaient du même coup des membres du Club Richelieu Verdun et Grands Verdunois, Alain Laroche (2016), Roger Barré (2013) et Daniel Thériault (2022).

Gilles Dubien, membre à vie et patron d’honneur du Richelieu International, président du Club Richelieu LaSalle (1995, 2017-2019 et 2021-2022) avait l’agréable tâche de diriger et d’animer ce souper régulier des membres [2].

Le docteur Gilles Brouillette, membre du Club Richelieu LaSalle depuis 40 ans, y avait invité une personnalité très connue du monde de la politique, M. John Campbell, député libéral fédéral de la circonscription de Lasalle lors des élections de 1972. Réélu en 1974, 1979 et 1980, il avait été battu par le candidat progressiste-conservateur Claude Lanthier lors des élections de 1984.

Après avoir complété le rituel habituel des soupers réguliers, à savoir la présentation des invités et spécialement ceux à la table d’honneur, le chant Richelieu et la période de réflexion, la couverture des nouvelles fraîches sur les événements à venir et la période des amendes. Le président du souper invita Richelieu Daniel Thériault à faire la présentation officielle du conférencier.

André Bouthillier et Gilles Dubien.

Il faut bien avouer que le curriculum professionnel du conférencier mérite qu’on s’y attarde et qu’on le partage intégralement avec les lecteurs de la revue Le 7 jours Explore :

Vice-président exécutif du Cabinet de relations publiques National, André Bouthillier cumule cinquante ans de carrière en journalisme, en relations publiques et en politique.

Il pratique brièvement le journalisme sportif puis le journalisme économique pendant près de quinze ans au Montréal-Matin, à Radio-Canada et au quotidien Le Devoir. Il fait le saut du côté des communications au milieu des années 80 avec le Groupe CGI, au poste de directeur des communications.

Il a été l’un des principaux associés au sein du cabinet de relations publiques NATIONAL et a, par la suite, dirigé Optimum, la filiale de relations publiques du groupe Cossette. Il également cofondé trois entreprises en relations publiques : Pyramide (Cohn & Wolfe), Communications Infrarouge et Communications André Bouthillier. Il est de retour chez National depuis 2013.

Il a fait le grand saut et tenté sa chance en politique québécoise, ce qui l’a mené à occuper le poste de directeur de cabinet du ministre des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur, étant responsable des dossiers de la région du Grand Montréal et du commerce extérieur. Il a été le premier chef de cabinet de François Legault après avoir amené ce dernier en politique.

Jean-Pierre Cyrenne – John Campbell, Gilles Brouillette et Mario Simard.

Comme journaliste, il a mérité le 1er Prix du Journalisme d’investigation de Paris, le Prix Judith-Jasmin (reportage), le Prix L. Jérôme Carrière de la Revue Commerce), le 1er Prix de la Fondation québécoise d’éducation économique et deux Prix nationaux de rédaction dans le domaine des affaires du Toronto Press Club et de la Banque Royale du Canada.

Agréé en relations publiques, il est récipiendaire du Grand Prix de la Société des relationnistes du Québec, catégorie « Programme de relations publiques externes », du Prix national de distinction, catégorie « Événements spéciaux » de la Société canadienne des relations publiques, ainsi que du Prix d’excellence Or, catégorie « Gestion de crises et d’enjeux », de la Société québécoise des professionnels en relations publiques.

En 2010, la Fondation du développement économique de Verdun lui a décerné le titre de Grand Verdunois.

Il est membre des conseils d’administration de la Fondation René-Lévesque, de Montréal Centre-Ville et de la Société de développement Angus.

À la fin de 2022, il a publié le livre Le goût du risque, de la maison d’édition Somme toute – Le Devoir.

François Lanthier CPA, appuyé par Gilles Dubien, remercie le conférencier invité, André Bouthillier. 

C’est à ce moment qu’André Bouthillier a pris la parole. Pendant plus de quarante-cinq minutes il a généreusement partagé avec son auditoire, un auditoire suspendu à ses lèvres et avide d’en savoir davantage, des anecdotes et de nombreux détails des moments cruciaux de ses interventions en gestion de crise dont celle d’Oka, entre autres, de son expérience de la politique et des rencontres marquantes qu’il a eues au fil des ans avec de personnalités nationales et internationales de tous les domaines de la vie publique tant au niveau politique, culturel, artistique et économique.   

Durant les deux ans de pandémie dont nous sortons à peine, André Bouthillier a mis sur papier le recueil détaillé de sa vie et surtout de sa vie professionnelle pour produire le livre « Le goût du risque »

Plusieurs participants au souper des membres du Club Richelieu LaSalle ont fait l’acquisition d’un exemplaire dédicacé sur place par l’auteur.

C’est au nom des participants et des membres du Club Richelieu LaSalle que le trésorier, François Lanthier CPA, appuyé par Gilles Dubien, remercia André Bouthillier et lui remit un souvenir de son passage et de son importante contribution au souper régulier du 1er mars avant de clore le souper régulier du 1er mars 2023,


 

 

 

 

 

Abonnez-vous au magazine Explore

Chaque dimanche matin, recevez la revue des actualités de la semaine sous forme de magazine

Articles récents

Vos entreprises

spot_img
X