-8.5 C
Montréal
Mercredi, 21 février 2024

Le ballon rond qui bondira depuis Verdun

Place à l’Alliance de Montréal, la formation de basketball
de la Ligue élite canadienne qui en sera à sa deuxième saison cette année.
Dix des 20 matchs ont lieu à l’Auditorium rénové, d’où l’on dit déjà
qu’il est un des plus joyeux amphithéâtres de ce sport disputé avec un ballon, tout aussi rond que les autres, mais qui rebondit cette année de bien belle façon !
À domicile, ça commence vendredi et dimanche…

Texte Yves d’Avignon
Photographies Michel Cusson

Annie Larouche, vice-présidente des opérations

Annie Larouche

Avec tout le travail accompli durant la saison morte, je suis assez sereine de reprendre nos activités aujourd’hui (mercredi) avec la journée des médias. Les défis sont nombreux et, déjà, ils s’expliquent avec le fait que l’Alliance a vraiment obtenu les meilleurs chiffres de l’an dernier du point de vue de l’assistance. Partout au Canada ! C’est donc en pensant à cet énorme objectif de la deuxième année – améliorer les liens entre l’Alliance et le public – de continuer à recevoir toute cette aide, un avantage provenant de nos partisans. La curiosité de l’An 1 fait place à l’expérience. Et nous devrons démontrer sur le court de basket, l’expérience acquise et celle que l’on doit acquérir le plus tôt possible. On veut continuer à être près des gens, à penser que l’on fait partie de cette communauté de Montréal (et de Verdun !). Depuis un an qu’on sait que la voie est ouverte pour une équipe de basket. Tout cette première année… et aussi le retour de Kemy (Ossé) est excellent !

Le directeur général Joël Anthony

Joël Anthony

Avec les nouvelles signatures, je vois de belles choses ! Ça nous a pris beaucoup de temps avant d’arriver à ce jour, à cette journée des médias. Huit mois se sont passés. Il y avait tant de choses à faire depuis la fin du calendrier. Je pense que nous allons nous en tirer à notre deuxième année, même si cette cote d’assurance est difficile à obtenir… On n’a même pas commencé l’entraînement officiel, qui durera juste une semaine. Ce que nous avons fait pour l’unité de l’équipe, c’est d’avoir pris les bonnes décisions pour arriver au camp, et nous sommes cependant à la recherche de nouveaux joueurs pour combler certaines lacunes ou même pour contrer les blessures.

Derrick Alston, entraîneur-chef

J’aime ce que je fais ici (à Verdun), mais aussi ce que je vois depuis que je suis arrivé avec l’équipe. Avec Joël (Anthony), je me suis aperçu que nous avons plusieurs choses en commun, que nous sommes dans la même ligne de pensée – on est allé jouer tous les deux en Argentine et nous avons déjà effleuré la NBA. Je connais assez bien Joël pour savoir ce que nous voulons tous les deux ; nous avons déjà élaboré une certaine stratégie, on a soudainement appris que nous avons autant d’atomes crochus l’un que l’autre. Ça va être agréable. Les 10 prochains jours seront un vaste encrier pour déterminer comment ou à quel point nous saurons être créatifs sur le terrain. Une séquence de 10 jours pour faire l’unité d’une équipe et lui attribuer une réelle croissance sportive (growth). On va continuer à échanger entre nous, mais à partir de l’ouverture du camp, on aura tôt fait de créer une belle symbiose de jeu. Avec les quelques joueurs expérimentés qui forment déjà le groupe (Treveon Graham, entre autres), nous travaillerons en équipe pour que l’on devienne un meilleur groupe de joueurs et de bien subordonner le talent des joueurs. Nous jouons dans une si belle ville, nous croyons maintenant que l’adversaire doit faire ses classes pour nous battre. D’autant que notre stratégie d’équipe est portée vers une forte défensive ; sortir le ballon le plus vite de la zone défensive pour aller devant, pour penser à l’attaque. C’est ça le basket estival : 20 matchs en 70 jours…

Charles Dubé-Brais,
directeur général adjoint et adjoint à l’entraîneur

J’ai connu précédemment un beau parcours comme adjoint à l’entraîneur, il faut désormais s’acclimater à ces nouvelles fonctions. Je suis heureux d’être dans l’équipe d’Annie et je me propose de commencer dès la nouvelle saison à tout faire pour l’Alliance. Il faut se créer une nouvelle unité, faire des liens avec les anciens et raffermir les nouveaux, en matière d’unité… Tout peut arriver dans une courte saison, qui commence le 28 mai pour se terminer le 10 août. Imaginez si l’on gagne les trois premiers matchs de la saison ? Pensez malheureusement à un mauvais début de saison, 0-3. Il y a beaucoup de travail à faire ; on est à ce moment précis – le début du camp – où le meilleur est à venir !

Kemy Ossé

Kemy Ossé

Je suis plus près d’entamer cette saison que l’année dernière. Le camp qui commence, c’est le moment où un groupe nouvellement constitué fait tout en son possible pour obtenir de meilleurs résultats. Au camp d’entraînement, c’est la cohésion qui sera l’enjeu, entre joueurs, entre la recrue et le vétéran, entre les entraîneurs et les joueurs qui sont habitués à jouer ensemble. Graham (Treveon, leader), j’ai joué avec lui et bien aimé quand on était ensemble… au high school. Le voilà dans notre équipe ! C’est peut-être un cadeau pour l’Alliance et notre communauté. Je ne suis pas certain que je vais être capitaine comme l’an dernier, mais je suis prêt au défi… C’est encourageant de voir ce qui se passe avec les fans, on veut que ça produise pour les gens d’ici et on aimerait être en mesure de gagner pour eux. Imagine : une équipe qui a une fiche de 4-16 et qui a les meilleurs fans de la ligue…

Treveon Graham

Treveon Graham

C’est une très belle ville pour poursuivre ma carrière. Je sais une chose : c’est que je suis un joueur d’équipe, expérimenté en raison de mon âge, mais je possède aussi un certain leadership pour bien faire… Et comme le but de la direction, c’est d’être avec ces jeunes et de progresser chacun de notre côté… Je sais que je dois démontrer de belles aptitudes, du leadership, et d’étaler mes qualités athlétiques. On doit s’habituer à bien bouger avec le ballon, agir rapidement sur le court sur le plan offensif. Mais comme je viens juste de descendre de l’avion (lundi)… Je sais que nous avons de bonnes idées sur le travail à faire, à partir de maintenant. Les quelques mots que j’ai pu échanger avec la direction de l’équipe me vont à merveille. Je connais bien Coach (l’entraîneur) Alston pour savoir qu’il a une belle feuille de route quand j’ai appris qu’il s’en venait ici. Ça m’a donné envie de me joindre à l’Alliance. Il faut commencer quelque part et j’aime bien l’apport de Blake Francis… et le coach et la ville !

Blake Francis

Blake Francis

D’Ottawa à Montréal, j’apprécie cette belle expérience de placer mes shoes dans une nouvelle ville. En fait, l’offre de l’Alliance est la seule que j’ai reçue. Au rythme où vont les choses, à quelques heures du camp, je suis très content de faire partie de cette équipe. Je sais que notre entraîneur a de bonnes qualités, qu’il est intelligent (smart) et qu’il est aussi heureux, comme moi, de faire partie de l’An 2. Je sais aussi qu’Alston est un player’s coach (enseigne pour plaire aux joueurs et non contre eux), qu’il aime bien que les matchs soient disputés à vive allure, que l’on marque beaucoup de points. On a avantage à bien le suivre, pour l’équipe, et pour l’allure du calendrier. De bien commencer la saison, d’anticiper la victoire comme meilleur appât au succès !

Ahmed Hill

Je viens de terminer ma dernière saison professionnelle et c’est mon premier jour à Montréal ! Je suis excité d’être ici ! L’année passée, l’enthousiasme de la foule était quelque chose à vivre ; je souhaite faire partie de ce genre de situation. Je suis un joueur qui a de l’énergie, je joue avec intensité et je n’aime pas que les choses soient trop lentes. J’ai bien aimé ce que j’ai entendu de la foule, c’est incroyable ce que ça représente pour les joueurs. C’est pour cette raison que ma première idée était déjà faite et je désire au plus haut point gagner des matchs… Je n’ai parlé à personne depuis que suis arrivé à Dorval, en fait ma fille vient d’obtenir son diplôme. Oui, j’aimerais avoir une autre chance d’accéder à la NBA et j’en ai parlé avec mes amis éclaireurs. Je sais exactement à quel endroit ma carrière est rendue et j’espère encore progresser. Coach Alston est connu pour être un bon enseignant, il aime bien que les joueurs puissent évoluer des deux côtés du court. Moi, je veux juste penser aux victoires. Tous les matchs comptent. Et je veux gagner un championnat ! Merci !

Nathan Cayo

« Si j’ai hâte de rencontrer les meilleurs partisans de Montréal. Et de jouer dans la meilleure ville du pays ! Créer un sentiment d’appartenance dans ma ville d’origine, tant avec mes nouveaux et nos partisans. »

Alain Louis

« Avoir l’occasion de représenter ma ville sur le terrain est quelque chose que je ne prends pas à la légère. Je suis plus que prêt à avoir un impact direct sur les résultats de l’équipe, et de contribuer aux programmes communautaires de l’organisation. »

L’Alliance, c’est aussi toute l’équipe de joueurs, mais ceux qui commenceront parmi le « starting five » ou qui viendront s’y joindre en cours de route… Ce sont Wilfried Balata, Saydou Sall, Elie Karojo, Bahaïde Haïdara, Aryan Sharma, Biniam Ghebrekidan, Mamadou Gueye et le dernier nouveau, le Montréalais Elijah Ifejeh. Nous reparlerons de ces joueurs durant les 10 prochains matchs locaux de l’équipe.

Abonnez-vous au magazine Explore

Chaque dimanche matin, recevez la revue des actualités de la semaine sous forme de magazine

Articles récents

Vos entreprises

spot_img
X