18.6 C
Montréal
Samedi, 22 juin 2024

Jonathan Dubuc, la passion du baseball de Père en fils

Texte Fernand Lavigne

Vous aurez compris que l’allusion du film De père en flic est un hommage au grand comédien québécois qui vient de nous quitter et qui était un des comédiens vedettes du film de Michel Côté. Nous transmettons nos condoléances à sa famille et à ses amis.

Lundi dernier, les Blue Jays de Verdun, catégorie U13 A, se mesuraient aux Expos du West Island au stade Ron-Piché. La Revue Explore a profité de l’occasion pour s’entretenir avec le papa du numéro 51 des Jays, Jonathan Dubuc. Bien sûr, Jonathan était sur le terrain où il défendait le 3e but des Jays. Sur le plan du baseball, on surnomme le 3e but comme le hot corner. C’est une position privilégiée dans l’alignement de baseball.

Son papa, Patrice, était très volubile lorsqu’il parlait de son intérêt (que dis-je de son affection) pour le baseball. D’abord, c’est avec une fierté non dissimulée qu’il mentionnait que Jonathan jouait au baseball depuis trois ou quatre ans. Aussi, Patrice a été surpris d’apprendre que les équipes faisant partie de la ligue du Lac Saint-Louis, où son fils évolue, était pour l’essentiel les mêmes équipes qu’à l’époque où il défendait les couleurs de la ville de Léry. Étant jeune, il a joué environ huit ans au baseball.

Et le père, Patrice Dubuc.

Mais ce sont les souvenirs des Expos de Montréal qui lui sont revenus en discutant. « Mon père me faisait choisir une dizaine de parties des Expos chaque année et m’accompagnait au stade olympique. » L’édition de 1994 des Expos représente son plus beau souvenir, mais aussi le pire. Le plus beau, parce que la qualité de l’équipe était non seulement extraordinaire, mais aussi la majorité des vedettes avaient été développées dans le réseau des filiales des Expos. Felipe Alou était alors le gérant et Marquis Grissom, Pedro Martinez, Larry Walker, Moises Alou, John Wetteland, pour ne nommer que ceux-là, étaient les principales vedettes (Martinez et Walker sont d’ailleurs au temple de la renommée du baseball). Patrice se souvenait aussi de la déconvenue de la saison annulée à cause d’un conflit de travail, bien que les Expos avaient pu être parmi les favoris pour accéder aux éliminatoires.

La passion pour le baseball est donc indéniable dans la famille Dubuc.

Au baseball, le jeu le plus spectaculaire se passe au marbre. En deuxième lieu, c’est le jeu de la souricière qui est palpitant. En 2e manche du match de lundi, le joueur des Expos a été coincé entre le 3e but et le marbre. Les joueurs défensifs sont sur le qui-vive afin de retirer le joueur en cause. Jonathan, le 3e but a reçu un tir du receveur. Le tir était imprécis, Jonathan a dû attraper la balle après qu’elle eut ricoché sur son gant. Un jeu de passionnés !

Abonnez-vous au magazine Explore

Chaque dimanche matin, recevez la revue des actualités de la semaine sous forme de magazine

Articles récents

Vos entreprises

spot_img