Jocelyne Ménard (Photo Facebook)

 

La prolifique artiste verdunoise Jocelyne Ménard ne vit que par et pour son art depuis plusieurs années, et elle sait bien faire son autopromotion et communiquer sa passion pour sa démarche artistique.

 

Par Robert Leduc

 

 

«La rue May», de Jocelyne Ménard (Collection Arrondissement de Verdun)

Dans une entrevue récente sur les ondes de la radio communautaire du Sud-Ouest, CKVL-FM, 100,1, l’ex-fonctionnaire fédérale, devenue une artiste reconnue pour ses oeuvres en trois dimensions (3D), a confié s’intéresser principalement au patrimoine.

 

«J’ai oublié la farine» (Collection privée)

Ses nombreuses pièces montées sur socles, sortes de clins d’oeil à des vestiges du passé, des objets, des accessoires, des icônes, des lieux, – et quoi encore! -, font appel à la nostalgie et à l’humour pour qui les regarde. On peut les voir comme des maquettes de spectacles.

 

Toutefois, s’empresse de corriger Jocelyne Ménard, «mon travail n’est pas une maquette, et mes toiles, je ne sais pas moi-même comment les appeler!… Une maquette est un travail qui va seulement sur un meuble et non sur un mur… Je sais que ça devient mêlant puisque mes oeuvres vont aussi sur un meuble; donc, en y pensant bien, je me suis organisée pour que mes toiles aillent aussi bien sur un mur que sur un meuble, à cause de la plate-forme que je crée maintenant à chacun de mes tableaux en 3D».

Jocelyne Ménard, une artiste originale et singulière, toujours très active, à découvrir ou à continuer de suivre.

 

https://www.jocelynemenard.com