23.5 C
Montréal
Mardi, 16 juillet 2024

Jean Boyer, le nouveau curé de Lourdes

Le Père Jean Boyer, curé de la rue de Verdun, est un “émule de Mère Teresa”

Par Marek Zielinski

Grande nouvelle pour les paroissiens de Notre-Dame-de-Lourdes sur la rue de Verdun : après huit ans sans un curé attitré, l’arrivée du Père Jean Boyer comble cette lacune. Après avoir été à la tête de la paroisse Saint-Elzéar de Laval, ce natif de Pointe-St-Charles revient, par son propre choix, comme il le souligne, pratiquement à la maison.

Son mandat renouvelable de six ans a débuté le 1er septembre. Premier constat : funérailles, baptêmes et mariages ont déserté son église. Monsieur le Curé a du pain sur la planche, mais il dispose aussi d’une longue expérience et d’une créativité qui sauront pallier le problème. La preuve : ayant constaté qu’un groupe de musiciens répétait devant son église, dans un petit parc aménagé à l’entrée, il leur proposa d’utiliser ses locaux pour y peaufiner leur art en échange d’un ou de plusieurs concerts – bonne nouvelle pour les amateurs de musique !

L’un des objectifs que le Père Jean Boyer s’est fixé est d’accroître l’implication des jeunes dans la vie de sa paroisse. La musique semble être le moyen parfait pour y parvenir, et la présence de Daniel Boucher, une personne-ressource de l’église pour les activités musicales, constitue un atout majeur.

Quant on évoque les jeunes, le projet Plein Air à Plein Cœur, chapeauté par Père Jean Boyer et auquel il tient particulièrement, peut servir d’exemple d’implication à plus d’un titre. Il permet aux enfants de milieu défavorisé de passer une semaine dans un camp d’été en Lanaudière, en profitant d’une multitude d’activités, sous la guidance et la protection des moniteurs/monitrices, tous de bénévoles, qui eux, viennent du milieu aisé. Les bénéfices sont multiples : des vacances de rêve pour les uns, et l’opportunité d’apprentissage et de sensibilisation pour les autres. Les moniteurs/monitrices, âgés de 15 à 25 ans, ont la chance de côtoyer ce qui constitue pour eux l’envers de la médaille. En tant que futurs décideurs, politiques ou économiques, ils seront conscients des réalités souvent dures et exigeantes de toute une partie de la population.

La pauvreté extrême, Père Jean Boyer en a fait l’expérience directe durant son séjour d’un an en Inde, auprès de la Mère Teresa. À titre d’anecdote, c’est à elle que devons la présence du Père Boyer chez nous, car elle l’a encouragé à rentrer au Canada pour s’occuper de nos démunis.

Mère Teresa, à titre posthume, merci. Et bienvenu au nouveau Curé de Notre-Dame-de-Lourdes.

Abonnez-vous au magazine Explore

Chaque dimanche matin, recevez la revue des actualités de la semaine sous forme de magazine

Articles récents

Vos entreprises

spot_img