-7.9 C
Montréal
dimanche, 29 janvier 2023

Le Pavillon de danse

Normand Houle
Société d’histoire et de généalogie de Verdun

En mars 2021, nous vous présentions le Pavillon situé sur le boul. LaSalle, tout près de l’avenue de L’Église. Ce bâtiment particulier où les notables de l’époque décidèrent de la fondation du village de la Rivière Saint-Pierre, qui deviendra Verdun.  

Aujourd’hui, nous parlons du Pavillon de danse, celui-là même qui a été construit en 1928. Le bâtiment se situait au croisement du boul. LaSalle et de la rue Woodland. Le plancher de danse avait une dimension de 120 pi par 60 pi.  Il semble ne pas y avoir d’estrade ou de sièges pour les danseurs ni même de scène pour l’orchestre ou l’artiste invité.

Entre 1928 et le milieu des années ’40, le Pavillon a principalement servi de salle de danse durant la saison estivale, de la fin mai à la mi-septembre. Notons que la construction d’un kiosque à musique à l’est du Pavillon date de 1938. Après sa période d’utilisation à titre de salle de danse, le conseil de ville divise l’espace en trois sections. La première sera transformée en restaurant pour desservir les utilisateurs de la Promenade. Les deux autres serviront d’une part pour les opérations du Verdun Yacht Club et d’autre part de local pour le Verdun Tennis Club. 

Intérieur de cette mythique salle de danse.

En 1966, l’âge du bâtiment et son état général menèrent le conseil de ville à envisager sa démolition et à prévoir l’utilisation future de cet espace. Au cours des années ’68 et ’69, plusieurs actes de vandalisme au Pavillon et dans le secteur environnant ont été constatés. En 1970, la bâtisse a été démolie et pour laisser place à ce qui est aujourd’hui un espace vert donnant sur le Club de Tennis Woodland.

Source : An Account of the Verdun Dance Pavilion, Montréal, Robin Simpson, September 2009, 27 pages.

Photos : Archives Société d’histoire et de généalogie de Verdun, collection Gérard Guay.
The Guardian, 18 juin 1931.

*** 

Saviez-vous que… la Banque TD est impliquée dans notre arrondissement depuis plus de 65 ans. Bravo ! Cela est la deuxième année consécutive que celle-ci octroie une commandite à la SHGV.
Son directeur, M. Jonathan Leontidis m’a fait part de son désir de s’impliquer dans notre communauté par des actions concrètes, telles que d’offrir aux organismes des dons pour la pérennité de celles-ci, d’offrir l’ouverture d’un compte et de les conseiller dans leurs démarches pour aller de l’avant.

Raymond L’Heureux et Jonathan Leontidis.


Depuis son entrée en fonction, M. Leontidis s’est montré continuellement disponible pour discuter et apporter des solutions à nos petits problèmes. Je tiens à le féliciter pour son dynamisme à créer un climat de confiance envers moi et la SHGV.
Pour avoir sollicité la Banque Toronto Dominion depuis plusieurs années, permettez-moi de vous dire que la relation qui s’est développée au fil des ans m’a permis de découvrir le directeur en la personne de M. Leontidis, un être spécial, très emphatique, à l’écoute de nos besoins, toujours prêt à offrir des solutions afin de répondre à nos besoins.
Son assistante, Manon Laurin, femme toujours souriante et à l’écoute de chacun et chacune, est toujours réceptive et disponible ; très humoristique avec moi en m’accueillant toujours avec un sourire et m’offre son aide pour notre organisme. Merci Mme Laurin.

Raymond L’Heureux, président
SHGV

Abonnez-vous au 7 jours

Chaque dimanche matin, recevez la revue des actualités de la semaine sous forme de magazine

Articles récents

spot_img
spot_img
X