Depuis sept ans que Raymond Germain conduit son taxi, il n’a jamais connu une période autant « au ralenti », pour ne pas dire décourageante… malgré les nombreuses heures de travail consacrées au quotidien.