Les beaux-frères insulaires Claude Castonguay et Gaspard Fauteux. (Photo courtoisie)

Un hommage de Gaspard Fauteux à son beau-frère

Claude (Castonguay, 1929-2020), le mari de ma sœur Mimi nous a quittés à l’âge de 91 ans. C’est de la maison, entouré de ses enfants et petits-enfants, qu’il a fait ses adieux.

Je réalise en ce moment comment le terme «Adieux» prend tout son sens. Je n’ai rien à dire de l’homme public et politique qu’il était. Tout ou presque fut dit.

Ce que nous connaissons moins, c’est l’homme privé, le mari et le père qui privilégiait sa famille avant tout. Je suis le benjamin de la famille (Fauteux), j’allais avoir 14 ans dans quelques mois lorsque Mimi et Claude se sont mariés, le 22 septembre 1956.

 

C’est alors que j’ai réalisé que, malgré le fait que je me retrouvais seul à la maison, je n’avais pas perdu une sœur, mais je m’étais trouvé un ami. 

Je laisse la place aux journalistes du monde politique et des affaires pour vous commenter sa carrière. 

En ce qui me concerne, je fouillerai encore ma boîte à souvenirs (…) et je vous invite (…) à prendre quelques instants afin d’avoir une pensée pour ce personnage qui nous a quittés.

 

La famille Fauteux réunie lors du 90e anniversaire du regretté Claude Castonguay. (Photo courtoisie)

 

 

Gaspard Fauteux