13 C
Montréal
Jeudi, 13 juin 2024

Biodiversité : un bilan prometteur pour Verdun

Par Pierre Lussier

En suivant l’ordre chronologique des réalisations de Verdun en matière de protection de la biodiversité, nous publions ici la liste citée au dernier conseil d’arrondissement, afin de confirmer l’engagement des élus à poursuivre cet effort conformément aux attentes de la COP15.

Depuis 2007, le boisé du domaine Saint-Paul est protégé à perpétuité par une servitude de conservation dans le voisinage du lac des Battures, un secteur qui abrite une flore et une faune exceptionnelles, notamment plus de 200 espèces d’oiseaux.

Un bel exemple du travail fait par une brigade œuvrant dans une de ces ruelles vertes. Photo Claude Lortie.

Ruelles vertes : une réussite verdunoise

Par la suite en 2009, l’arrondissement a mis sur pied son programme des ruelles vertes, bonifié en 2018, afin de réduire davantage les surfaces déminéralisées et réduire les îlots de chaleur, en plantant au total 380 arbres, 3635 arbustes et 8536 vivaces dans 31 ruelles. L’arrondissement soutient les personnes qui ont des projets de ruelle verte et c’est Vicky St-Pierre qui est responsable du dossier à l’arrondissement Verdun depuis 11 ans.

Fière d’avoir développé des milieux de vie de qualité avec ces ruelles aménagées, Vicky St-Pierre a été interpellée par une citoyenne « comme la femme qui plantait des arbres ».

Au sommaire de cette activité, il y a la plantation d’arbres, dont l’ajout de 159 espèces végétales, près du quart de plus que l’année précédente…

Plantation d’arbres

À la suite de l’aménagement d’un jardin de la biodiversité à la Maison Nivard de Saint-Dizier – Musée et site archéologique en 2012, un Plan arboricole 2014-2020 a été adopté par le conseil d’arrondissement en 2014 dans le but d’augmenter de 15 % le nombre d’arbres publics sur le territoire, ainsi que la variété des essences. Par expérience, on veut éviter les pertes importantes de la canopée lorsqu’une maladie ou un insecte comme l’agrile a décimé les frênes dans la région de Montréal. Le plus récent indice de canopée de Verdun témoigne d’ailleurs de ces efforts, atteignant 28 % en 2019.

L’adoption d’une pratique de la gestion différenciée des espaces verts en 2016, avait pour but de favoriser la biodiversité et les résultats après cinq ans démontrent la pertinence de cette orientation. En effet, 185 000 m2 sont maintenant convertis en « Espace naturel, lieu de découvertes ! ». En 2021, 159 espèces végétales, soit 39 de plus qu’en 2020, ont été répertoriés dont 10 de ces espèces présentent un grand intérêt écologique. La grande musaraigne et la couleuvre brune s’y retrouvent.

Creation-dun-jardin-a-pollinisateurs.png

Vivaces et pollinisateurs en vedette

En 2022, l’arrondissement a aussi modifié ses pratiques horticoles afin de privilégier les végétaux vivaces, indigènes et nectarifères et délaisser les plantes annuelles qui nécessitent un apport d’eau constant et qui ne permettent pas de créer des habitats pour les pollinisateurs, d’où l’absence de mosaïculture à l’entrée de Verdun entre la 4e et la 5e Avenue. L’équipe d’horticulture de l’arrondissement a réalisé le Jardin des pollinisateurs, et dans le même esprit, a retardé la première tonte de la saison en mai afin de permettre aux insectes au cœur du système de reproduction de la nature, de trouver refuge et nourriture avant la saison estivale.

Et le bord du fleuve

Deux sites de compensation ont été aménagés près de la plage urbaine, dont les zones de restauration écologique favorisent la présence de poissons et de la petite faune telle que la couleuvre brune.

(Source : Déclaration 15.01 conseil du 6 décembre)

Abonnez-vous au magazine Explore

Chaque dimanche matin, recevez la revue des actualités de la semaine sous forme de magazine

Articles récents

Vos entreprises

spot_img