16.5 C
Montréal
Mercredi, 29 mai 2024

Bec et plumes – L’oiseau discret

Paruline à couronne orange
Leiothlypis celata
Orange-crowned warbler

Commande des passériformes
Famille des parulidés

Texte et photographies de Mario Lefebvre

Une à une, les parulines nous quittent pour les tropiques. Mais une d’entre elles s’est attardée un peu chez nous. L’appareil photo au cou, j’ai un moment de pose en faisant la rencontre de la paruline à couronne orange. 

Cette belle paruline, presque entièrement jaune ayant un dos gris olive, est assurément la plus neutre de toutes les parulines. Bien qu’elle se nomme paruline à couronne orange, cette présumée tache orange est rarement visible sur sa couronne. Elle ne possède pas de barres alaires, aucunes stries sur les parties inférieures, ni de marques faciales ou de coloration vive. Elle présente une légère ligne sur chaque œil et un léger cercle oculaire brisé. En somme, il est difficile de bien l’identifier sans l’aide d’un guide portant sur les oiseaux d’Amérique du Nord.

De son bec effilé, elle attrape en vol stationnaire les insectes qui se trouvent à l’extrémité des branches. La paruline à couronne orange se nourrit activement dans les arbustes bas, volant de perchoir en perchoir. Les baies, ainsi que les fruits, sont un ajout aux insectes et aux larves qu’elle dévore avec avidité. Parfois à l’aide de son bec fin et pointu, elle perce le calice d’une fleur pour s’abreuver du nectar de celle-ci.

La paruline à couronne orange n’aura qu’une seule couvée durant l’année, de 4 à 6 œufs seront pondus. La femelle tissera une coupelle de brindilles et d’écorces fines et tapissera le fond de son nid douillet avec des poils d’animaux.

Abonnez-vous au magazine Explore

Chaque dimanche matin, recevez la revue des actualités de la semaine sous forme de magazine

Articles récents

Vos entreprises

spot_img