0.9 C
Montréal
Mercredi, 21 février 2024

Bec et plumes – le canard jouet


Garrot à oeil d’or

Bucephala clangula
Common goldeneye

Ordre des ansériformes
Famille des anatidés

Texte et photographies de Mario Lefebvre

La clarté des eaux et les multiples teintes bleutées que revêt le fleuve Saint-Laurent, nous offrent un décor fabuleux qui nous permet d’admirer une faune et une flore exceptionnelle. Vivant en aval des rapides de Lachine, je profite de cette eau oxygénée à longueur d’année. Par cette vue imprenable que j’ai sur le fleuve, je profite du moment pour respirer à fond. Après cette prise de conscience bénéfique à mon être, j’ouvre grand les yeux pour dénicher un animal marin. Cette fois-ci, un canard attire mon attention. Muni de mon appareil photo, je fais un gros plan serré sur le sujet, et voilà que j’identifie le garrot à œil d’or.

Cette espèce de canard plongeur, parmi les 165 espèces d’anatidés, se démarque par une tache ronde et blanche qu’elle possède sur chaque joue au bas de l’œil. Dans un plumage noir et blanc immaculé, deux boutons de couleur or en guise d’œil s’illuminent au loin. Le mâle est si parfait qu’il semble irréel, un jouet de plastique ! Quand il s’envole, des sons de cloche se font entendre par le frottement de ses ailes. Le garrot à œil d’or ressemble étrangement à son cousin le garrot islandais. En effet, le garrot islandais a la même taille, la même livrée mais possède une forme de croissant blanc sous l’œil, au lieu d’un rond blanc comme chez celui du garrot à œil d’or. En 2017, l’ors d’un voyage en Islande, j’ai pu observer et photographier le garrot islandais. Même si le garrot à œil d’or n’est pas un oiseau grégaire, je peux à l’occasion, observer le trio de garrots vivant au Québec, « petit garrot, garrot à œil d’or et garrot islandais ».

« En parade nuptiale, le garrot à œil d’or mâle projette sa tête vers l’arrière, sur son dos, et la propulse vivement vers le ciel ‘’

Ce puissant canard, possède des pattes courtes et palmées qui le propulse habilement sous l’eau. Ses ailes courtes, et son corps massif, font du garrot à œil d’or un prédateur efficace envers ses proies. Plongeur émérite, de son bec court il gobe poissons, crustacés, mollusques, insectes et larves de celles-ci qui sont à sa portée. Après une quinzaine de secondes, il revient à la surface pour respirer et déglutir les alevins ou écrevisses qu’il vient tout juste d’attraper. La femelle a la tête brun chocolat, séparée par un collier gris et cette couleur grisâtre se continue tout le long de sa livrée, le bout de son bec est jaune orangé.

Le garrot à œil d’or niche près du sol, dans la cavité d’un arbre laissée par un pic, la femelle prendra possession de ce trou pour couver sa dizaine de petits cocos bleutés. Afin de tapisser le fond de son nid pour le rendre douillet, elle retirera à l’aide de son bec, des plumes de son ventre pour les étendre au fond du nid. Sous son ventre, l’espace crée par la perte de ses plumes offrira une meilleure répartition de la chaleur sur ses œufs. Au bout d’une trentaine de jours, les cannetons nidifuges feront leur première sortie du nid. Le garrot à œil d’or vit près des lacs et des rivières surtout en eau douce, parfois en eau saumâtre.

Abonnez-vous au magazine Explore

Chaque dimanche matin, recevez la revue des actualités de la semaine sous forme de magazine

Articles récents

Vos entreprises

spot_img
X